Le journal d'Eye-Ollie

Le journal d'Eye-Ollie

Stomie : 15 Août 2016

 

Nous sommes à l'apogée du temps improductif au niveau national, le 15 Août est probablement LE jour le moins ouvré de l'année. Sauf à Lourdes (208 hôtels pour 15000 habitants) où les aubergistes et les flics se frottent les mains. Chaque année j'entends les cadors du tourisme chanter le même refrain (et chaque année j'y remet mon couplet) : "La saison va du 15 Juillet au 15 Août". La courbe de fréquentation semble de plus en plus pointue, et seule la crête deviendrait financièrement significative. C'est malheureux et triste. A les écouter, passé le 15 Août on rentre dans l'hiver, parce que les touristes ne font plus la queue pour acheter une glace dans leurs boutiques en placoplâtre. Voilà donc notre région réduite (selon eux) à un mois d'activité sur douze, LOL. Le pompon c'est qu'ils revendiquent toutes les occasions de ne rien branler! Il y a trois semaines je visitais un chais au domaine Peyrassol à Flassans, en fin d'après-midi : las de déambuler, je proposais de boire un coup au café restaurant. Le serveur, fort désoeuvré, nous fit comprendre qu'il était trop tard pour boire un coup et trop tôt pour manger! En plein Juillet, y'a rien là? Mais à part ça je critique trop les français, laissez moi rire.

C'est férié, donc je me permet de refuser la douche, un luxe comme un autre. Hier soir j'ai enfin vu le film "Transfatty Lives", réalisé par Patrick O'Brien qui filme toute sa descente aux enfers par sa SLA, depuis le tout début. Un grand moment, j'y voyais tant de similitudes avec ma propre expérience de la maladie. Etrange aussi de voir ce qui "m'attend", puisque d'une manière générale, nous passons tous par les mêmes jalons : gastrostomie, trachéotomie, Bugsy Stomie[1] et vas-y Tommy. Jusqu'à l'immobilité totale du corps. Difficile de dire où s'arrêtera ma propre volonté de continuer le chemin de la route. Lui a eu un fils pendant sa maladie et a tout mis en oeuvre pour pouvoir continuer à le voir grandir. Le film n'épargne pas le spectateur sur la réalité des choses (sans tomber dans le glauque) et c'est ça qui est très fort. Il donne une vision juste de ce qu'est "avoir une SLA", depuis les signes précurseurs, jusqu'au stade légume mais punk. Le gars est bourré d'humour, de quoi largement dédramatiser le sujet. Faites vous (et moi) plaisir, voyez ce film. Maintenant que je l'ai vu, je tiens à le le promouvoir, et pourquoi pas le diffuser au grainage[2]? J'en parle à notre Pierre Tchernia, promis. Francophones inconditionnels réglez vos oreilles, la version française risque de ne pas être promise immédiatement.

         Les Wagners ont laissé place aux Dessle, un couple d'amis californiens rencontrés il y a six ans. Leur fille de six ans s'appelle Sophie, Marseille. Et pour cause : à peine posées les valises, la maman enceinte jusqu'au dents ne pouvait plus contenir ses contractions. L'hôpital de Brignoles l'envoya illico à Marseille, ou elle resta deux mois avant d'être transférée vers Paris. Impossible de reprendre l'avion. Les deux semaines de vacances estivales se transformèrent en quatre mois, deux valises et un nouveau-né en hiver . Nous assurions les premiers besoins, et c'est ainsi qu'on a lié amitié, une sacrée aventure. Sophie est la plus belle des petites filles, et ses premiers jours sont pour le moins mémorables. Cette année Nick & Beth ont décidé de faire le séjour prévu il y a six ans, et nous sommes leur destination principale. Cela ne leur empêche pas d'essayer de découvrir la France entière en trois semaines, alors qu'une vie entière ne suffirait pas. Une notion des vacances sommes toutes peu reposante. Après, il y a l'autre façon de voir la vie, slow-food et farniente (ne rien faire). J'adhère plutôt à cette version. Tout comme David qui est aussi parmi nous, fraîchement débarqué de ses Abruzzes avec son cubi de rouge. C'est pas con, ça évite de vider notre cave, merci David. Chaque retrouvaille est un grand moment. David est un peintre[3] vivant de son art, chose rare. Il est aussi un Epicurien invertébré[4], d'où le cubi franco de port, décomplexé quoi. J'aime ce penchant naturel, et nous passons toujours et encore de longues tablées à refaire le monde, jusqu'au dernier verre. David doit désormais parler aussi pour moi, un exercice improbable avec les verres qui s'enfilent. A la fin, vu qu'il ne comprend plus de quoi il parle, je vous laisse imaginer le tableau quand à comprendre ce que moi je baragouine... A ce stade, être ensemble nous suffit, les mots deviennent inutiles. Seuls les débats sur The Beatles et The Rolling Stones nous opposent férocement. David prétend que Paul McCartney est un incapable dénué de talent. A part ça il a juste écrit une quarantaine d'albums en solo. C'est là que nos chemins se séparent, parce que affirmer ça relève d'un parti-pris obtus et d'une ignorance remarquable sur le sujet. Pauvre imbécile, je te le dis, parce que je t'aime et que t'es mon ami, là t'as tout faux. Et un peintre qui a un fond d’écran blanc sur son Mac n’est pas crédible. Oui, j'en profite pour régler mes comptes, haha! A ce sujet, on m'envoie des blagues par courriel, sur pourquoi les touristes mettent des chaussettes dans leur sandales, et autres nullités du genre diaporama Powerpoint ré-envoyé trente fois avec niveaux de citations infinis... On doit s'imaginer que je me fais chier, et que ce type d'humour viendra "égayer" mon quotidien supposé morne. Comme si j'étais totalement sénile et lobotomisé. Donc les lecteurs, « puisque vous y êtes » (locution crainte par les plombiers), épargnez moi encore un peu, par pitié, je vous en supplie. Je cherche du temps pour faire tout ce que je voudrais faire, entre les soins, la toilettes, les repas, les visites, les siestes... j'ai vraiment pas l'occasion de m'ennuyer, qu'on se le dise (et j'ai horreur des courriels informes).



[1] Stomy Bugsy : rappeur francophone des années 90.

[2] Le grainage : salles polyvalentes consacrées à la culture à Cotignac. Le cinéma s’y trouve au premier étage. Sans ascenseur.

[3] www.davidnappfineart.com

[4] Epicurien invétéré : (Par hyperbole) Hédoniste, qui ne songe qu’au plaisir.



03/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 129 autres membres