Le journal d'Eye-Ollie

Le journal d'Eye-Ollie

Canular : Jeudi 8 Juin 2017

     Parmi les lecteurs du dernier article, vous avez été nombreux à réagir à mon invitation pour le pot d’adieu avant mon suicide assisté, et je en vous remercie. Il y a ceux qui m’ont répondu -J’y serai. Tout est dit. C’est la bonne réponse, c’est ça que je voulais entendre. Puis y’a ceux qui m’ont envoyé des mots rassurants, avec des clins d’oeils. Il y a ceux qui, résignés, se sont promis de venir malgré un désaccord profond. Il y a ceux qui m’ont dit -Ton choix, c’est ton choix, je le respecte. Il y a ceux qui ont passé un week end entier à ruminer une réponse philosophique, peuchères ! Il y a ceux qui m’ont envoyé un mail privé à l’abri des regards. Y’en a même qui sont passé me voir, inquiets. Un énooorme MERCI à vous qui vous reconnaissez là ! Il y a aussi mes deux meilleurs amis (mes témoins de mariage) qui n’ont pas pris la peine de réagir, ça c’est du pote ! Et puis y’a ceux qui ont raté un épisode, cet ensemble peut inclure les sous ensembles précédents, du moins osè-je espérer.

C’est fascinant cette étude sociologique, je me régale ! Depuis tout petit je fais l'âne pour avoir du son, en m’assurant que les vessies ressemblent bien à des lanternes, et en dénichant au passage quelques pépites. Et oui, tout ça c’est du pipeau, de l’ocarina de Pif Gadget ! Y’a PAS de dates ! Je n’irai nullepart en Avril 2018, et y’aura PAS de pot de départ ! Canular authentique, hoax, engaño, skrøne, Scherz !

 

     Et là y’en a qui va me sortir -J’en étais sûr. C’est ça ! Et bien il fallait le dire avant, raté ! Voyez-vous, j’ai décidé de guérir, de profiter de la vie, de mes minots et ma chérie aussi longtemps que faire se puisse. C’est Dieter qui a trouvé la solution : une machine infernale atterrira dans le jardin pour m’enlever la SLA, il me l’a promis. Je serai le 3e rescapé de cette saloperie en cent ans. En tous cas, si arrive le temps de l’assistance par machines, je m’octoirai le droit de partjir, qu’on se le dise.

Moralité, c’est possible de faire une bringue à huit heures du mat’ un lindji ouvré, il faut juste un peu de volonté. Toutes celles et ceux qui n’ont pas raté l’épisode précédent, et qui ont fait l'effort de réagir seront conviés à une méchante bringue chez nous : y’aura des piches en bikini du monde entier, du Champagne champenois, le groupe Coldplay live[1], de la tapenade verte "façon Nathy" par seaux entiers, des écrans géants sur tout le terrain pour mieux voir Chris Martin, et bien sûr concours de barbecue  (préselection sur épreuve obligatoire[2]). Je vous communiquerai les détails en Tanze utile.

Pour les autres, vous n’êtes pas invités. Vous[3] n’aviez qu’à pas rater l’épisode et/ou réagir.

 

     Du coq à l’âne[4] : les chats sont vraiment des animaux lèches-cul ! Quand il n’y a plus de croquettes ils sont soudainement très affectifs, voir ils se tirent la bourre à qui sera le plus proche de moi. Saloperies ! Et quand ils ont bouffé, ils deviennent sourds. Mais quand on aime on pardonne tout, je les adore.

Le programme nouveau a démarré, suite à une réunion au sommet : on a convoqué tous les interlocuteurs de la boîte d’aide à domicile. Il y avait comme une couille dans le potage. Avec quelques ajustements on a fini par trouver un terrain d'entente. Maintenant c’est quatre mains qui me sortent du lit, me transfèrent au gogue et de fauteuil en fauteuil. -C’est pour ta sécurité ! qu’ils disent. Du coup on est trois dans la douche, je déjeune avec avec quelqu’un qui passe derrière moi pour faire le ménage, générant des courants d’air et du bruit. Adieu déjeuner en paix avec Stéphane Eicher. La porte de la cuisine s’ouvre à peu près deux cent fois, un hall de gare serait plus calme. Mais -C’est pour ta sécurité… D’accord. Je m’incline, j’ai accepté. En fait il me faudrait un Pete, un mec balèze qui craint dégun et qui ne tchatche pas de bon matin, mais ça n’existe que dans les films. Et puis c’est vrai que les gonzesses sexy me manqueraient. Si je gagne cent briques au loto je débauche le Pitou, je solde tous ses crédits (là déjà, il ne me restera que la moitié des gains), et je fais terminer sa baraque avec du grès cérame espagnol, piscine et jardins, Parex moderne et tout ce qu’il aime… m’en cague. La seule obligation qu’il aura c’est de plâtrer ses piliers avec une langue de chat (mini-truelle de pédé). Sinon je paye quedalle ! A prendre ou à laisser.

Mon séjour en maison de repos (au San Salvador) n’aura pas lieu. Chié ! Ils sont « complet », merci. La demande a beau eu émaner de Mad Professor en personne, avec entente préalable de la RAM, ils s’en branlent. Pas content, c’est pareil. Il faut s’y prendre vingt-trois mois avant, et encore les ressortissants de la Sécurité Sociale ont priorité. Les artisans, commerçants et autres métiers autonomes rattachés à la RAM peuvent se le rouler fin-fin-fin et s’assoir dessus. -C’est comme ça. La phrase qui abolit tout espoir de négociation ou au pire, de dialogue. Tu vois l'employé(e) à binocles derrière la baie vitrée et son hygiaphone à trous ? Pareil. Du coup je vais me fader le Cotignac estival dans sa farandole de touristes déglacés au vin rosé. Une horreur. J’espérais y échapper en loucedé, en permettant à Nath de gérer ses locations à plein régime, c’est raté.

Et puis hier, j’ai croisé[5] Alain Sable alias « Tonton », un ami qui a « attrapé » une maladie neuro-dégénérative au même moment que moi. Après trois ans de diagnostics, aucun neurologue n’a été capable de lui dire quelle pathologie il a, hallucinant ! Alain est encore debout, marche à l’aide d’un déambulateur, et parle encore bien mais à la vitesse d’un paraisseux. Mort de rire ! D’ailleurs on s’est fendu la poire à comparer nos malheurs. Force a été de chercher le dénominateur commun à nos maladies semblables, la cause, le déclencheur. On a décidé que c’était Madame Souchot, une cliente que nous avions en commun[6]. Voilà, vous savez tout.

A tantôt.



[1] Si on a le bras (très) long, on peut avoir un ongle en Amérique.

 

[2] Bois de hêtre seulement. Tous foyers incandescents bienvenus. Foyers à gaz disqualifiés d’emblée. Epreuves de sélection le 14 Juillet 2017, stade du Vabre, 83170 Brignoles. Inscriptions jusqu’au 14 Juin 2017 sur simple courriel à barbiemasters2017@brenkman.fr. 4500 candidats maximum. Règlement déposé chez maître Francis Le-Rotrou, 3 Pace du 18 Juin, 43670 Moisy-le-Sec.

 

[3] Non, je déconne, vous serez bien sûr TOUS conviés, on sera tous ensemble, sakifo.

 

[4] Passer du coq à l’âne est difficile pour la poule. (Je vous la livre à nouveau, je ne m’en lasse pas).

 

[5] C’est extraordinaire pour moi de « croiser » quelqu’un : donc délicieux.

 

[6] Peuchère, une dame âgée fort sympathique. Lui était son jardinier, moi son plombier.



08/06/2017
39 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres