Le journal d'Eye-Ollie

Le journal d'Eye-Ollie

Europe : Jeudi 8 Décembre 2016

Déprime. Les fêtes approchent, il parait que c’est un grand classique chez les « malades ». Ok. N’empêche, envie de rien. Même pas d’écrire. Écrire pour quoi ? Pour les 10% de membres qui me suivent ? Je n’écris pas pour faire marrer mes lecteurs (bien que je reconnaisse avoir agi ainsi), mais parce que c’est bien la dernière activité qui me soit encore accessible. Mon dernier article était « triste » selon les retours. Ben oui, mais c’est la vérité nardinemok ! Vous voulez quoi ? Que je fasse semblant d’être heureux ? Lisez l’introduction : elle dit bien « Ceci est le journal de l’évolution de ma SLA », pas « Je fais le clown sur mon blog ».

Comme il est écrit dans le script (des statistiques séculaires depuis Charcot et Gehrig), la maladjie progresse et continuera. Je ne suis pas l’exception dont on rêve, et les voyages à Lourdes, les prières, l’herbe du Dr Madiba en Afrique du Sud (quel charlatan celui-là), ni même les incantations de mon ami indien n’y changeront quoique ce soit. Sceptique moi ? Incrédule oui.

Chaque jour j’ai plus de mal à pousser sur mes jambes pour effectuer les transferts. Ah, vous vouliez du croustillant ? Bougez pas, j’en ai un max pour vous. Vous n’allez pas rire. Chaque jour j’ai de plus en plus de mal à pousser ma bite entre mes jambes pour pisser dignement. Alors certes, je suis outillé, mais franchement ça ne sert à rien. Je n’arrive plus à chier sans Normacol, mes muscles n’agissent plus. Bientôt je ne pourrai plus retenir mon envie, on mettra ma bite dans un tube (oui, je sais : si on y met du vacuum, j’aurais une grosse bite, génial), et une couche pour chier n’importe où. Vu que la déglutition suit le même chemin, je finirai par accepter la gastrostomie, une poche de nutriments devant, une poche d’urine derrière, et une couche puante pour la raie du cul… le pied. Mon bras droit m’abandonne, obligé de cliquer avec les pieds. Et je m’estime heureux d’être positionné au millimètre, pour que la tablette veuille bien lire mon iris. C’est loin d’être évident et demande une immobilité parfaite, ce qui crée de bonnes douleurs dans les jambes, et des crampes incessantes, allez, je vous en mets un peu plus (pour le peutchi).

On est allé visiter l’hôpital San Salvadour à Carqueiranne en vue d’un futur séjour. Premier ressenti : à part la jolie secrétaire antillaise, tout y est vieux, même les patients. Moyenne d’âge : environ 70 ans. Super, je vais me faire un max de potes ! Il doit y avoir quelqu’un qui décide quelle chaîne sera regardée le soir, ça sent le grand public avec Patrick Sebastien, je vais enfin me cultiver ! Ça me changera d’Arte et les films d’auteurs que personne ne connait, enfin ! Le séjour permet l’apport d’un ordi, je sens que je vais y retrouver l’envie d’écrire.

Voilà, une brève, pour vous dire que je vais super bien, malgré tout ce qu’on peut vous dire sur moi. J’ai décidé de faire une pause. Envie de remettre en page, et corriger mon premier chapitre (200 pages). Ce n'est pas que j’ai soudainement ce besoin, mais plutôt la décrépitude de mon bras droit qui me pousse à faire ce que je ne pourrai plus faire demain. It’s the final countdown. Demain j’écrirai des bribes que quelqu’un devra mettre en page pour moi, et rien que cette idée me gave. On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, tenez-vous le pour dit.  Voilà, any comments ? A tantôt.

 

PS : Feel free de lancer des sujets sur le forum (genre  : êtes-vous pour ou contre le muge chez les fonctionnaires ?). Mais évitez les débats dans les commentaires d’articles, ce n’est pas le bon endroit.

 

Bonnes fêtes, et la santé surtout hèèè?!!



08/12/2016
31 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 129 autres membres