Le journal d'Eye-Ollie

Le journal d'Eye-Ollie

Retour au bercail : Jeudi 4 Mai 2017.

1er Mai : on célèbre le travail… en ne travaillant pas ! Y'a rien là ?

Mon corps à morflé. Comment te dire ? Une semaine allongé (alungho) et tout marche moins bien. Fait chier ! Les abdominaux, les bras, les jambes, la respiration, bref tout. Jean Shi. Ce matin les abeilles bossent dur dans le marronnier, à ma gauche un rossignol me chante son répertoire exhaustif, un régal. Le soleil me colore le visage pâle d'une semaine alosto. On a beau eu rallumer la chaudière, cet instant reste un privilège des sudistes. Un Weather Report à la radio, c'est un signe positif.

J'ai fini par concevoir un nouveau porte-boissons par ce que j'en ai marre de boire comme un chameau. C'est également pénible pour la personne qui me donne à boire puisque je bois très très lentement.  Ma tronche picole de moins en moins, ne fume presque plus... qu'est-ce qu'elle a ma gueule ? L'hôpital m'a tuer[1]. Ma main droite ne tient plus le joystick, c'est le début de la fin. J'arrive à peine à le garder en main dix minutes. Va falloir me le greffer au bout du bras si je veux continuer ma iLife. D'ailleurs je reviens sur une vieille idée, je pense qu'il vaut mieux me couper les quatre membres. On gagnerait 50% du poids, appréciable pour Nathalie et la O-Team. Mes jambes ne servent plus à rien, mes bras non plus, à part encore un chouia la main droite...  Voilà, un iOllie tronc. Je vois bien le neurologue m'annoncer un miracle : - C'est invraisemblable Monsieur Brinkmen, toutes les courbes s'inversent, vous allez revenir de la SLA, vous êtes une exception !  Bon c'est un peu con d'avoir coupé vos membres ... - Oui, surtout pour le vélo, hein docteur ? Bon, j'assumerai ma troncture, on ne va pas chipoter[2]. C'est quand même plus pratique : il suffira de m'enquiller dans un pot de fleurs, au Lidl on me tanquera dans le chariot, pour dormir un couffin suffira, tiens je dormirai avec le chat. Pour aller aux toilettes plus de problèmes d'équilibre et rinçage des parties privatives garanti. Bon, je reconnais que pour boire un 51 au comptoir en roulant une clope, c'est pas gagné. On ne peut pas tout avoir. Pas de bras, pas de jambes, pas de 51 au comptoir, épicez tout.

Les bras "morts" me pèsent vraiment, ils me gênent, mes mains sont refermées comme des paluches de singe, pendouillantes et inutiles. Je dois les déplier pour la nuit entière, en espérant qu'elles ne se replient pas, ce qui bien sûr est impossible. Bientôt il faudra m'attacher  tel un sanglier avec les sangles Point P en promo, soi-disant. Oui parce que quand Point P fait une promo tu te fais entuber quand même, tu peux me croire.

Mais qu'est-ce que je raconte ? Ça ne vous parle pas hein Point P ? Bon ben dites-vous Leclerc, c'est pareil. Non, mieux : Lidl. Vous voyez la promo mensuelle avec l'outil chinois indispensable acheté par millions, genre affûteur universel ? Le truc jetable qui sert une fois et dont même le fil d'alimentation est trop nase pour le conserver, et bien voilà. Ce genre de promo. On prendra mes bonnes vieilles sangles Berner payées hors taxes en trois fois sans frais.

Bref, côté jambes c'est là crampe assurée dès que je les allonge, un délice, surtout la nuit. J'ai décidé de ne plus prendre de somnifères, ça ne change rien. Ce qu'il me faudrait c'est un robot qui me change de position toutes les heures. J'ai inventé un système simple fonctionnant comme font les aides nocturnes. Ils attrapent le drap sur lequel t'es couché, le soulèvent, et le ramènent d'un coup sec vers un côté du lit, tu te retournes comme une crêpe. Il faudrait quatre rouleaux dont deux motorisés en bas, tournant lentement synchrones en sens opposé. Le drap serait enroulé dessus. En haut deux rouleaux libres montés sur vérins soulèvent le corps, il n'y plus qu'à tourner pour faire tourner comme du tabac dans une feuille d'OCB. Ensuite faudra expliquer à la femme de ménage comment changer le drap, ça c'est le plus dur.

Côté bouche, l'hyper salivation reprend. Putain, y'a toujours un truc ! Je produis plus d'un litre et demi de salive par jour, que j'avale, donc inutile de boire, pratique. Mais chiant. Très chiant. On dirait feu Sébastien Chabert !  Je baille toute la journée à me déboiter la glotte ce qui me fait perdre le joystick (maxi dangereux aux commandes du FRE), les cale-pieds, et tout réglage de l'Eye-Ollie, génial ... J'éructe tel un animal, c'est absolument ignoble, j'ai honte. Et puis non, j'assume ma bravitude, tant pis pour le candirathon[3]. Finalement il y a tant de parties qui partent sous le coup du Balek, il ne reste pas grand-chose.

Hier, contrairement à 16,5 millions de français je n'ai ni regardé le débat, ni le match de foot, je suis allé à l'opéra, oui madame. C'est très prenant et je redemande, quelles émotions ! Opéra comble, rassurant de voir qu'on n'est pas seuls dans cette catégorie de divertissements un tantinet bobo intello quand même (faut voir les tronches...). Ce jour RDV chez le "rumato" : ma spondylarthrite ankylosante revient au galop. Fallait bien que je trouve un truc pour enquiller sur la péritonite sinon de quoi aurais-je l'air, hein ? Faut bien une merde pour me plaindre, sinon à part ça, je pète le feu. Bref, une rhumatologue d'origine slave très pertinente : la SPAA est confirmée, au programme IRM / scanner et prélèvements de gènes. Wéééee ! Y'a des jours où j'ai pâle moral, taha c'que j'te dire ? Allez, bonne année, et là santé surtout hè?!

À tantôt.

 

[1] C'est l'hôpital d'Omar Raddad.

[2] Monty Python's Holy Graal.

[3] C'est une course annuelle, où le gagnant est celui qui s'en fout le plus de ce qu'on raconte sur lui. Version française de l'américaine "Battle of who could care less" par Ben Folds Five.

 



04/05/2017
34 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 129 autres membres