Le journal d'Eye-Ollie

Le journal d'Eye-Ollie

Soirée Rosé à Cotignac : Vendredi 14 Juillet 2017

Après deux jours de mal au cul, j'ai fini par supplier Claire d'appeller le médecin. Hier j'ai passé trois heures sur le gogue sans succès, malgré deux suppositoires, une patience sans pareil de la part de Nathalie. Trois heures totalement perdues, avec crises spastiques et tout et tout, un trou-de-balle en feu, et trois litres de sueur dans la chemise. Donc là, ce matin, ras-le-cul ! J'ai eu le cigare aux bords des lèvrs toute la nuit, j'abandonne la bataille. Advienne que pourra, je me fais recoucher, annulle le kiné, l'orto, même Loubès qui se pointe en loucedé avec sa blonde secrétaire. J'en ai plus rien à branler de tous ces gens, ma priorité c'est de me soulager de ce monster-estron. Le toubib arrive prestement (chose rare donc très appréciable) et jauge vite de la gravité en me plantant un bon majeur bien tendu dans le cul : -Ah, en effet, c'est plein ! Solution radicale : le bon Normacol qui te transforme les spasmes en forces Herculéennes pour sortir tout ce que peut contenir un intestin ! On me re-transfère vers le WC, tout raidi par les spasmes et convulsions, y'a du crac-liquide partout, et ça schmecte grave ! Le téléphone du doc sonne plein tube pendant le transfert hasardeux, je crie de douleur sur un fond de Vikingur Olafsson qui nous joue son Etude n°21 en Sol majeur sur Fip. Je ne suis pas certain du Sol Majeur, mon oreille est quelque peu distraite par ce remue ménage, c'était peut-être un La après tout, mais il jouait en gamme Majeure, ça c'est sur. La glycérine-nitro ne tarde pas à me tordre les boyaux, et l'exonération se fait en deux secondes douze, après trois jours d'essais... -Un mal au cul mon pauvre !!! Le diamètre c'est le calibre "homme", des bois ! Il me faut une demie-heure de répit, une douche, deux cigarettes et un café pour retrouver un semblant de quiétude au niveau du mental, et du cul aussi. Les draps partent à la lessive, on re-fait le ménage complet de la piaule :  M. Brengmann a chié un coup !
 
Sylviane est venue passer une semaine à la campagne chez nous. Après une vingtaine d'années dans le neuf-trois1, autant dire une bouffée d'air. Sylvie est devenue une véritable Séquano-Dionysienne : ça en jette cette gentilité ! Elle découvre les joies d'un tuyau d'arrosage pour désaltérer l'hectare et demi de jardin, un chouia plus grand que son balcon. Les cigales remplacent le bruit des véhicules, les étoiles sont toutes visibles la nuit, pas de voitures flambantes, de bandes de jeunes dilant du shit, et d'une ville à l'autre il y a des espaces vierges de toutes constructions... Oui, Cotignac c'est la cambrousse comparé à Tremblay-en-France. Lorsqu'ils ont baptisé ce bourg, ils ont préféré ajouter "en France" dès fois que l'on confonde avec Tremblay-en-Tchetchenie ou Tremblay-en-Nouzbé-qui-s'tend... Sylviane est une stakhanoviste de la bonne humeur et du rire de tout. Impossible de s'ennuyer une seconde avec elle ! J'ai passé une semaine à me fendre la poire (to split one's pear en rosbif) avec elle. Faut dire qu'avec mon élocution de ver de terre, les quiproquos à l'origine des fou-rires étaient plutôt nombreux. C'est elle qui est à l'origine de tous mes ocuscrits puisque, sans son pouvoir de persuasion je n'aurais jamais osé organiser un pot commun pour acheter la tablette à poursuite oculaire. Oui Messieursdames, Sylviane est une amie en or massif, qu'on se le dise dans les basse-cours à bijoux, et ailleurs également. 
 
Déconvenue magistrale pour notre grand fils : aucune assurance ne veut assurer sa moto (Yamaha YZF R125 pour les amateurs de belles japonnaises débridées à noms impinables). Un coup il est mineur, un coup sa moto est "hors catégorie", un coup la carte grise n'est pas au bon nom... un dédale d'exceptions inextricable ! Flou juridique sur le web : personne n'est capable de nous expliquer. Peuchère : il s'est fadé le permis Al, puis A1, bossé dur pour se payer une bécane fiable (pour aller au boulot, justement), et là on lui dit : -Désolé, mais on peut pas vous assurer, l'ordinateur refuse... C'est pas moi vous savez... Moi, j'obéis aux ordres... Il me vient comme une envie de faire du trial sur la voiture de l'employée, voire sur son bureau en prenant bien appui sur son PC-pourri-en-réseau. Tom m'a dit : -T'inquiètes pas Papa, je vais la revendre, et me remonter un chopper V-twin, ça me correspond mieux... Papa content. Papa sourire. Papa poule. M'enfin, ça n'explique pas le Schraaz des assureurs. Y'a un non-dit, un truc pas clair et pas cool pour les jeunes motards.
 
Vincent a exposé ses peintures de cubiste-forain à Bandol. L'occasion de sortir un peu. Succès, comme toujours : Vin's est ce genre d'ami agaçant par son talent et son caractère désinvolte totalement aux antipodes. Son adresse de courriel est d'une banalité affligeante, genre prénom.nom@cegetel.net. Je me suis dit qu'à 15€/an (!) il pouvait bien se payer un nom de domaine sur le ouèbe genre www.vincentroure.com. Et je me suis amusé à chercher des noms "disponibles". Chemin faisant, je suis passé par Wordpress : un "constructeur" de sites web. Depuis l'unanimement regretté iWeb abandonné par Apple il y a dix ans, aucun logiciel convivial n'a trouvé place sur Mac. Donc, résigné, j'ai choisi Wordpress : nouvelle usine à gaz où le premier tuyau à connaître est l'HTML 2. Mais très vite un nouveau monde d'acronymes est à connaître, et surtout leur utilité et leur fonctions. Les plug-ins 3, le CSS 4, le SSL 5, les "objets",  les statistiques de visibilité... je sais moi ? J'y comprends que dalle ! J'ai pas envie d'apprendre tout ça pour juste un site, comme j'avais pas envie de connaître tout Maya pour animer trois Crocs qui tournent en rond. Alors j'ai choisi un thème pré-établi, le truc de fainéant qui veut pas savoir. Et là, le truc me plait pas, donc : -Ollie, apprend le HTML ou alors ne viens pas te plaindre. Normal. Bref, ça occupe très bien son homme de se fabriquer un sitwèbe ! Finalement j'arrive lentement au résultat voulu, mais il me faudra encore des journées entières à tâtonner, à rater l'étape du jour, et à pas écrire. Je vous invite chez moi ici : www.iollie.fr, jetez un oeil, laissez-y un commentaire.
 
Et puis, à force de patienter, un nouvel éditeur s'intéresse à mon bouquin : cool pour comparer. Mais la gratuité de certains a un prix : la diffusion serait faite sur leur site web. Super, mais qui va aller sur leur site pour y acheter mon bouquin ? Dégun ! Non, moi je veux voir des piles de livres à la FNAC, au Bateau Blanc à Brignoles, chez Goulard à Aix, à la Maison de la Presse à Cotignac... bref du vrai bouquin en papier d'arbres qui sent le neuf quand tu l'ouvres. Le livre numérique c'est bien mais j'ai pas besoin d'un éditeur pour envoyer un PDF par courriel. Par contre, faire tourner des rotatives plein tube : ça, je sais pas faire. Je sens gros comme une maison que ma première proposition était la bonne : un vrai éditeur qui produit et diffuse des vrais livres dans des vrais magasins avec des humains (bon, je vous l'accorde : à Cotignac c'est une exception, la boutique est tenue par un couple d'Aliens). Fait chier internet, c'est nul. Et tant pis pour la thune, on n'a qu'une vie 6. Mes amis m'ont aidé à hauteur d'un bon paquet, je leur dois bien ça ! 
 
Comme prévu, je me fais chier, pendant les rotations de Nathalie entre ses maisons. Le bled attire les ados en manque de socialisation : normal, à cet âge là. Le village tourne plein-tube avec ses animations pour touristes. Dans un mois les commerçants feront le bilan de la saison en se plaignant, comme chaque année. Nous, les locaux, on devient des santons. Qu'est-ce que j'en ai à branler de ces faux-culs moi ? Rien du tout. Je regrette que l'hopital n'ait pas pu me recevoir : ça m'aurait fait des vacances... Mais, -Ollie, tu n'as pas le droit de dire ça ! Et bien, j'te l'dis quand même, vas-y ! Je vous invite à passer une journée attaché sur une chaise roulante, sans pouvoir parler, avec l'impossibilité de chasser les insectes qui vous courent dessus, à regarder les gens s'amuser autour de vous. Vous risquez de changer d'avis... Allez ! La vie est belle ! Demain je revois mon poteau, mon grand Tom : et ça, ça vaut son paysan de Kacawèt.
 
Tiens, je vais m'en fumer une avant que la vie ne me fume. A tantôt !
 
 
 
 
Le département de la Seine-Saint-Denis (prononcé [sɛn sɛ̃ də.ni]) est un département français situé au nord-est de l'agglomération parisienne, appartenant à la petite couronne de la région Île-de-France. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 93.
 
L’HyperText Markup Language, généralement abrégé HTML, est le format de données conçu pour représenter les pages web. C’est un langage de balisage permettant d’écrire de l’hypertexte, d’où son nom. HTML permet également de structurer sémantiquement et logiquement et de mettre en forme le contenu des pages, d’inclure des ressources multimédias dont des images, des formulaires de saisie, et des programmes informatiques. Il permet de créer des documents interopérables avec des équipements très variés de manière conforme aux exigences de l’accessibilité du web. Il est souvent utilisé conjointement avec le langage de programmation JavaScript et des feuilles de style en cascade (CSS). 
 
En informatique, un plugin ou plug-in, aussi nommé module d'extension, module externe, greffon, plugiciel, ainsi que add-in ou add-on en France, est un paquet qui complète un logiciel hôte pour lui apporter de nouvelles fonctionnalités. Le terme plugin provient de la métaphore de la prise électrique standardisée puisque "to plug into" signifie enfoncer la fiche dans. C'est comme "unplugged" : adjectif devenu à la mode pour dire jouer débranché, sauf que c'est totalement bidon : impossible de diffuser par média un son sans le capter, microphone = fil.
 
4 Les feuilles de style en cascade, généralement appelées CSS de l'anglais Cascading Style Sheets, forment un langage informatique qui décrit la présentation des documents HTML et XML. Introduit au milieu des années 1990, CSS devient couramment utilisé dans la conception de sites web et bien pris en charge par les navigateurs web dans les années 2000.
 
Transport Layer Security (TLS), et son prédécesseur Secure Sockets Layer (SSL), sont des protocoles de sécurisation des échanges sur Internet. Le protocole SSL a été développé à l'origine par Netscape. L'IETF, en a poursuivi le développement en le rebaptisant Transport Layer Security (TLS). On parle parfois de SSL/TLS pour désigner indifféremment SSL ou TLS.
 
6 Interjection débile censée justifier une affirmation : ici "tant pis pour la tune". L'interlocuteur veut véhiculer le message suivant : "au diable l'avarice". Son postulat de départ est fondé sur la non-croyance en l'au-delà, puisqu'il affirme "on n'a qu'une vie". Mais qu'est-ce qu'il en sait ? C'est quoi son niveau d'expertise en Vie-après-la-mort ? Hein ? A placer avec par-ici-Monique dans le discours.


13/07/2017
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres